CHERCHER >>
 

   
 
> L’environnement / Ecotoxicité
Ecotoxicité

L’évaluation des risques liés à l’usage des pesticides pour l’environnement (la directive 91/414  le définie comme : « l’eau, l’air, la terre, la faune et la flore sauvage ainsi que toute interrelation entre ces différents éléments ») est très large et vise à s’assurer que lors d’un usage approprié, les produits phytosanitaires n’exercent aucune influence inacceptable pour l’environnement en général.



Les effets toxiques potentiels (on parle d’écotoxicité) sont estimés, comme pour les effets sur l’Homme, à partir d’essais de toxicité sur des espèces représentatives des formes de vie terrestres et aquatiques : les oiseaux, les organismes aquatiques, les abeilles, les arthropodes et autres vers de terre… mais aussi les microorganismes du sol, parfois les plantes terrestres. Des études plus complexes, se rapprochant des conditions naturelles : études en mésocosmes (« modèle à échelle réduite des interactions entre différentes espèces d’un milieu ou d’un ensemble de milieux ») ou études de terrain sont fréquemment exigées.



L’étude du devenir et du comportement du pesticide dans l’environnement permet de déterminer les risques de transferts et de persistance dans les eaux de surfaces et les eaux souterraines, l’air et les sols. Le dossier d’évaluation impose de déterminer les concentrations prévisibles dans l’Environnement (PEC) dans les sols, les eaux de surfaces et souterraines et si nécessaire les sédiments. La directive prévoit également de calculer des PEC dans l’air dès que les outils appropriés seront disponibles.



Les PEC ainsi déterminées ne sont pas toujours suffisantes pour déterminer l’exposition des vertébrés terrestres. Pour cela, on calcule des concentrations prévisibles de résidus dans les plantes et on estime l’exposition alimentaire des espèces à partir de leur régime alimentaire (espèces insectivore, herbivore…) de la saison, de la culture … Le risque écologique est alors défini par comparaison des valeurs de toxicité à l’exposition potentielle des organismes à partir des concentrations environnementales prédites.



L’indicateur généralement utilisé est le rapport toxicité/exposition (toxicity/exposure ratio ou TER) calculé pour les différents groupes d’animaux et de végétaux considérés. Des seuils ont été fixés dans le cadre de la directive 91/414/CE  pour la valeur de ce rapport. Si le risque est considéré comme élevé, l’autorisation de mise sur le marché du produit est refusée à moins que de nouvelles études (généralement de terrain) apportent la preuve que la première estimation conduisait à une surestimation du risque.