CHERCHER >>
 

   
 
> La gestion des risques / L'eau potable
L'eau potable

En ce qui concerne les eaux de distribution des mesures curatives immédiates ont été mises en place en Martinique et en Guadeloupe après la découverte de la contamination des eaux par le chlordécone. Ces mesures ont permis de remédier rapidement au problème de qualité de l’eau potable sans toutefois améliorer l’état de la ressource en eau.

En Guadeloupe, les premières mesures ont été prises suite aux campagnes d’analyses réalisées en 1999 et en 2000. Les résultats obtenus révélaient une pollution importante par le chlordécone, le β-HCH et la dieldrine au niveau de plusieurs captages d’alimentation en eau potable. Ainsi, 9 captages importants présentaient des dépassements de 3 à 103 fois la norme (0,1 µg/L) pour le chlordécone et 1 à 20 fois pour le β-HCH. Dès le 28 février 2000, une cellule de crise a été mise en place par le préfet autour de la Mission Interservice de l’Eau (Mise). Il a alors été décidé de fermer les captages les plus contaminés ou d’en réduire l’usage (tableau ci-dessous).

 

Commune
Source
Production
(m3/jour)
Mesures prises
Trois Rivières
Lumia
300
Fermeture le 2 mars 2000
Gommier
1200
Fermeture le 2 mars 2000
La Plaine
600
Usage limité à partir du 10 avril 2000
Vieux Fort
Soldat
700
Usage limité à partir du 10 avril 2000
Gourbeyre
Belle-Terre
1700
Fermeture du 10 au 20 avril 2000
Usage limité à partir du 20 avril 2000
Pont des Braves
1200
Usage limité à partir du 20 avril 2000
Fermeture le 28 avril 2000
Capes-Dolé
90
Fermeture le 7 avril 2000
Capesterre-Belle-Eau
Tabaco
4300 à 7000
Utilisation possible après
dilution
Belle-Eau-Cadeau
18 à 28000
Filtres à charbon actifs (Juillet 2001)
Source : DSDS Guadeloupe 

 

Environ 9500 personnes ont été touchées par les mesures de fermeture ou de limitation d’usage des captages d’eau. Aussi, parallèlement aux dispositions restrictives, des mesures techniques d'interconnexion de réseau et une distribution gratuite d'eau embouteillée ont permis à la population d'être alimentée en eau. La population, ainsi que les autorités locales, ont été informées directement par des réunions publiques organisées localement, ainsi que par l'intermédiaire des médias locaux.

 

Par ailleurs, le préfet a enjoint les sociétés exploitantes des captages pollués de mettre en place un système de filtration par charbon actif dans un délai maximal de cent jours. Ces filtres ont été rapidement installés par les exploitants sur les principaux captages de la Basse-Terre. Pour le captage de Belle-Eau-Cadeau, le système de filtration par charbon actif n'a été fonctionnel qu’en juillet 2001 compte tenu de l’ampleur des investissements à engager et des infrastructures à mettre en place.

 

 

 En Martinique, après la fermeture dès connaissance du niveau élevé de contamination du captage de la source Gradis alimentant partiellement la commune de Basse-Pointe, la stratégie mise en œuvre a été définie dans le cadre du Conseil Départemental d’Hygiène au cours des séances du 14 octobre 1999 et du 19 octobre 2000. Un rapport de la DSDS du 5 octobre 2000 et une proposition de position sanitaire du 16 octobre 2000 ont présenté la situation des ressources en eaux et procédé à l’évaluation des risques sanitaires en considérant une exposition de longue durée due à l'eau pour 3 catégories de consommateurs (nourrissons, enfants, adultes) et les teneurs de pesticides organochlorés présents dans les captages.




Les conclusions de cette évaluation de risque ont donné lieu à une demande aux collectivités concernées de mettre en œuvre des mesures permettant d’assurer le respect des normes de qualité en distribution (tableau ci-dessous). Hormis la source Gradis maintenue fermée, les concentrations rencontrées sur les autres captages ne justifiaient pas de mesures de traitement d’urgence.

 

 

Collectivité
Captage
Production
(m3/jour)
Mesures prises
Basse-Pointe
Source Gradis
480
Fermeture (juillet 1999)
Forage Morne Balai
60
Recherche de ressources de substitution
Forage Démare
250
Ajoupa Bouillon
Forage Grande Savane
60
Dilution
Recherche de ressources de substitution
Source Marc Cécile
150
Département
Rivière Capot
(Station Vivé)
25 000
Traitement provisoire par charbon actif (2003)
Reconstruction de la station (2005)
Communauté d’agglomération du centre de la Martinique
Rivière Monsieur
1100
Dilution puis traitement par charbon actif (2004)

 Source : DSDS Martinique

 

Consécutivement à ces mesures curatives dans les deux départements, les analyses réalisées indiquent que les eaux destinées à la consommation humaine sont exempte de chlordécone à plus de 99 %. Les non conformités observées résultent d’une saturation des filtres à charbon. Ces derniers font l’objet d’un contrôle renforcé permettant de vérifier leur bon fonctionnement et, dans le cas contraire, de les remplacer.

 

Les autorités sanitaires considèrent cependant que l’inefficacité momentanée des filtres à charbon ne constitue pas un danger pour la santé de la population dans la mesure ou les valeurs observées en cas de non fonctionnement restent en deçà des seuils tolérables dans l’eau de consommation.

 

 

 

En savoir plus :

 

DSDS Guadeloupe - DSDS Martinique