CHERCHER >>
 

   
 
Les données / La contamination de l'eau / Les eaux superficielles
La Guadeloupe

Le contrôle de la qualité phytosanitaire sur les eaux superficielles brutes en Guadeloupe est assuré par la Diren  depuis 2003. Le suivi porte sur dix stations, situées en aval des principaux cours d’eau de la Basse-Terre et de la Grande-Terre. Depuis 2003, 4 prélèvements annuels sont effectués sur chacune des stations à la recherche de plus de 300 molécules.  

Les résultats (2003 à 2005) ont confirmé la contamination par les pesticides de toutes les rivières faisant l’objet d’un contrôle. Au total, 31 molécules ont été détectées au moins une fois durant cette période. Le chlordécone figure parmi les molécules les plus fréquemment détectées. En 2003, le chlordécone est détecté sur 5  des 10 stations suivies. Les concentrations varient entre 0,17 µg/L et 4,4 µg/L. (voir carte ci-contre). En novembre 2004, des concentrations de 6,6 µg/L on également été mesurées sur la Grande Rivière de Capesterre.

 
 

 

En 2006, 16 substances actives ont été détectées sur les 330 recherchées. Le chlordécone est toujours le pesticide le plus détecté dans les cours d’eau guadeloupéens. Il a été systématiquement mis en évidence dans les quatre prélèvements effectués sur la Rivière aux Herbes (commune de Basse-Terre), la Rivière Grande Anse (commune de Trois-Rivières) et la Grande Rivière de Capesterre (commune de Capesterre-Belle-Eau). C’est également dans ces rivières que la concentration en chlordécone est la plus élevée : elle dépasse fréquemment la valeur de 0,1 μg/L. La concentration maximale en chlordécone relevée en 2006 est de 1,80 μg/L en août 2006 dans la Rivière de Grande Anse.

 

 

Source : Grepp - Rapport d'activité 2006

 

 

En savoir plus :

 

Grepp, Guadeloupe : rapport d'activité,  2006

 

Diren Guadeloupe : consulter le site