CHERCHER >>
 

   
 
Les données / L'approche nationale / Eaux de consommation
Données 2006

L’amélioration de la qualité de l’eau distribuée en France au regard des teneurs en pesticides mesurées s’est poursuivie en 2006 :


 94,9 % de la population a été alimentée en 2006 par une eau dont la qualité respectait en permanence les limites de qualité fixées par la réglementation (2005 : 93,8 % ; 2004 : 93,2 % ; 2003 : 91,0 %) ;


 pour 5,0 % de la population, le non-respect des limites réglementaires a été limité dans le sens où les teneurs en pesticides mesurées sont restées inférieures à la valeur sanitaire maximale et/ou ont été observées pendant moins de 30 jours au cours de l’année 2006. Il n’y a donc pas eu nécessité dans ces cas de restreindre les usages alimentaires de l’eau conformément aux recommandations émises en 1998 par le Conseil supérieur d’hygiène publique de France.


Toutefois, la consommation de l’eau du robinet a dû être restreinte pour les usages alimentaires dans quelques zones concernant 19 départements ; ces situations anormales B2 ont concerné environ 110 600 personnes en 2006 (0,18 % de la population française) contre 113 200 en 2005.

 

Des informations sur la qualité des eaux au robinet du consommateur vis-à-vis des pesticides ont été obtenues à l’échelon national pour environ 9 unités de distribution (UDI) sur 10 (87,4 %) alimentant 99,3 % de la population française (contre 98,3 % en 2005). Des informations n’ont pu être fournies pour 3 298 UDI, soit 1 453 de moins qu’en 2005, alimentant environ 406 000 personnes (taille moyenne de ces UDI = 123 personnes). Dans la plupart des cas, les UDI concernées ne sont soumises au contrôle sanitaire pour les pesticides que depuis le 25 décembre 2003. Compte tenu des fréquences du contrôle sanitaire applicables (1 analyse de pesticides tous les 5 ans pour les plus petites UDI), certaines UDI n’ont pas encore fait l’objet de recherche de pesticides dans les eaux au cours des années 2004 à 2006.

 

Dans 65 départements, plus de 95 % de la population a reçu une eau respectant en permanence les limites de qualité pour les pesticides (54 départements en 2003, 57 en 2004, 60 en 2005).

 

Les dépassements de la limite de qualité des pesticides dans l’eau ont concerné, en 2006, 1 367 UDI. Ainsi, pour 3,1 millions de personnes, soit 5,1 % de la population française (contre 6,2 % en 2005), l’eau du robinet a été au moins une fois non-conforme au cours de l’année 2006.

 

Des situations de dépassement des limites de qualité ont été mises en évidence dans la plupart des départements (85 %). Cependant, dans de nombreuses UDI, les dépassements observés ont été ponctuels (quelques jours seulement au cours de l’année 2006). Le nombre de personnes concernées par ces non-conformités a diminué d’environ 585 000 personnes par rapport à 2005, soit une baisse de 15,9 %.

 

Sur les 3,1 millions de personnes dont l’eau a dépassé les limites de qualité, 3,0 millions (96,4 %) ont été alimentées par
de l’eau non conforme n’ayant pas nécessité une restriction d’utilisation d’eau pour les usages alimentaires. Les dépassements des limites de qualité ont en effet été limités :
- au niveau des teneurs en pesticides mesurées (teneur inférieure à la valeur sanitaire maximale) ;
- et/ou dans le temps (moins de 30 jours en 2006).

 

Les situations B2, correspondant à la présence de pesticides ayant conduit à une restriction des usages de l’eau pour la boisson et la préparation d’aliments, ont concerné en 2006, 139 UDI, alimentant environ 110 600 personnes (soit 0,18 % de la population française). La population concernée par une situation B2 a diminué de 2 600 personnes par rapport à l’année 2005 (132 UDI alimentant environ 113 200 personnes).

 

Près de 60 % des situations de restriction des usages alimentaires de l’eau (87 UDI alimentant 88 000 personnes) concernent trois départements : l’Eure-et-Loir, la Seine-et-Marne et le Pas-de-Calais.

Les UDI concernées par de telles situations sont généralement de faible taille (796 habitants en moyenne) et sont principalement situées dans le bassin parisien et le quart nord-est de la France. 60 % des UDI en situation B2 en 2006 l’étaient déjà en 2005, soit 85 UDI alimentant 62 700 personnes. Parmi ces UDI non conformes, 62 UDI alimentant
35 520 personnes l’étaient déjà en 2004.

 

 

En savoir plus :

Télécharger la synthèse complète de la DGS (données 2006)