CHERCHER >>
 

   
 
Les données / L'approche nationale / Milieux aquatiques
2004

Depuis 1998, l’Institut Français de l’Environnement, service statistique du Ministère en charge de l’environnement établit régulièrement un bilan de la contamination des eaux par les pesticides. Le rapport publié en août 2006 synthétise les données de suivi des milieux aquatiques des années 2003 et 2004.

Une présence généralisée des pesticides
En 2004, des pesticides ont été détectés dans 96% des points de mesure du réseau de connaissance générale de la qualité des cours d’eau (607 points) et dans 61% des points dans le cas des eaux souterraines (910 points).
Ce taux de présence s’élève à 97% pour les cours d’eau et 71% pour les eaux souterraines dans les « réseaux phytosanitaires », réseaux locaux de suivi en lien avec les actions de lutte contre la pollution (respectivement 510 et 205 points).

Des niveaux de contamination variables, mais souvent significatifs
Les teneurs en pesticides issues des résultats d’analyse permettent de définir, pour chacun des points, une classe de qualité.

Pour les eaux superficielles, 49% des points du réseau de connaissance générale ont une qualité moyenne à mauvaise. 8% des points présentent une très bonne qualité compatible avec le développement sans risque de la vie aquatique et avec l’usage eau potable. A contrario, 9,5% des points ont une mauvaise qualité qui peut affecter de manière importante les équilibres écologiques ou sont impropres à l’approvisionnement en eau potable. La situation est logiquement plus dégradée pour les points des réseaux phytosanitaires, qui sont situés en aval des zones d’utilisation des pesticides et dont les campagnes d’analyses visent plutôt à cerner la pointe de contamination.
Sur les 459 substances recherchées, 229 substances différentes ont été quantifiées au moins une fois en 2004. Les principales substances responsables des déclassements en qualité mauvaise sont le glyphosate et ses produits de dégradation (AMPA), le diuron, l’isoproturon et l’aminotriazole.

 

Données 2004 - Source : agences de l’Eau et groupes régionaux sanitaires – traitements Ifen : SEQ-eau qualité globale eaux superficielles, option 90 %.

 

Données 2004 - Source : agences de l’Eau et groupes régionaux sanitaires – traitements Ifen : SEQ-eau qualité globale eaux superficielles, option 90 %.

 

Pour les eaux souterraines, 27% des points sont affectés par une présence significative de pesticides et nécessiteraient un traitement spécifique s’ils étaient utilisés pour produire de l’eau potable.
Sur les 417 substances recherchées, 166 substances différentes ont été quantifiées au moins une fois. Les principaux pesticides responsables des déclassements en qualité mauvaise sont les glyphosate, l’atrazine et le chlortoluron.

 

Données - Source : agences de l’Eau et groupes régionaux sanitaires – traitements Ifen : SEQ-eau usage eau potable.

 

Données - Source : agences de l’Eau et groupes régionaux sanitaires – traitements Ifen : SEQ-eau usage eau potable.

 

Les analyse dans le DOM ne permettent pas de fournir des statistiques significatives. On constate cependant que un produits, interdit d’usage depuis 1993, est encore présent dans les eaux superficielles et souterraines des Antilles (chloredécone), sans toutefois être responsable d’aucun déclassement.

 

En savoir plus :

 

Télécharger le dossier de l'Ifen : Les pesticides dans les eaux, données 2003-2004