CHERCHER >>
 

   
 
Les données / L'approche nationale / Milieux aquatiques
2006

Milieux aquatiques

Depuis 1998, le Service de l’Observation et des Statistiques du Ministère en charge de l’environnement établit régulièrement un bilan de la contamination des eaux par les pesticides. Les pages mises en ligne en 2009 synthétisent les données de suivi des milieux aquatiques de l’année 2006. L’accroissement de l’effort d’observation, qui porte tant sur le nombre de points de mesure que sur le nombre de substances recherchées, rend encore à ce jour difficile les comparaisons inter annuelles.

 

Une forte dispersion des pesticides

En 2006, des pesticides ont été détectés au moins une fois dans 90% des points de mesure du réseau de connaissance générale de la qualité des cours d’eau (1097 points) et dans 55% des points dans le cas des eaux souterraines (1507 points). Les teneurs mesurées sont parfois très faibles et ont dans ces cas peu d’incidence sur la qualité des eaux. Cela traduit néanmoins une dispersion importante des pesticides et une présence généralisée dans les milieux aquatiques.

 

Des niveaux de contamination variables, mais souvent significatifs
Les teneurs en pesticides issues des résultats d’analyse permettent de définir, pour chacun des points, une classe de qualité.

 

Pour les eaux superficielles, 37% des points du réseau de connaissance générale ont une qualité moyenne à mauvaise. 18% des points présentent une très bonne qualité compatible avec le développement sans risque de la vie aquatique et avec l’usage eau potable. A contrario, 10% des points ont une mauvaise qualité qui peut affecter de manière importante les équilibres écologiques ou sont impropres à l’approvisionnement en eau potable.

Le nombre total de substances recherchées dans les différents points de mesure s’élève à 473. Sur ce nombre, 235 substances différentes ont été quantifiées au moins une fois en 2006. Les principales substances responsables des déclassements en qualité mauvaise sont le glyphosate et ses produits de dégradation (AMPA), l’isoproturon, le diuron, et le métolachlore.

Données 2006 - Source : Agences de l’eau - Conseils généraux - Diren – Draf, SRPV - Traitement SOeS-MEEDDAT (SEQ-eau qualité globale eaux superficielles)

 

carte eaux superficielles, 2006
Données 2006 - Source : Agences de l’eau - Conseils généraux - Diren – Draf, SRPV - Traitement SOeS-MEEDDAT (SEQ-eau qualité globale eaux superficielles)

 

Pour les eaux souterraines, 25% des points sont affectés par une présence significative de pesticides et nécessiteraient un traitement spécifique s’ils étaient utilisés pour produire de l’eau potable.

Le nombre total de substances recherchées dans les différents points s’élève à 443. Sur ce nombre, 116 substances différentes ont été quantifiées au moins une fois. Parmi les substances responsables des déclassements en qualité mauvaise ont trouve le glyphosate, le diuron, et l’hexachloroéthane.

Données 2006 - Source : Agences de l’Eau – Conseils généraux – Diren - DRAF-SRPV - Traitements SOeS-MEEDDAT (SEQ-eau usage eau potable)

 

carte eaux souterraines, 2006
Données 2006 - Source : Agences de l’Eau – Conseils généraux – Diren - DRAF-SRPV - Traitements SOeS-MEEDDAT (SEQ-eau usage eau potable)
 
Le nombre d’analyses dans le DOM ne permet pas de fournir des statistiques significatives. On constate cependant que plusieurs points de la Martinique, tant en cours d’eau (4) qu’en eaux souterraines, sont classés en qualité mauvaise, ce qui n’est pas le cas dans les autres DOM. Les molécules responsables de ces classements en qualité mauvaise en Martinique sont le 2,4-D, l’AMPA et l’Imazalil pour les cours d’eau et le chloredécone, le bromacil, l’hexachlorocyclohexane bêta et le dieldrine pour les eaux souterraines.
 

Retrouvez l'ensemble des données sur les pesticides dans les eaux mis à disposition par le ministère de l'écologie sous forme de trois produits :